18/06/2012

Actus

Thierry Roland, l’homme qui voyait la vie en bleu

Tags: , , , , ,

thierry-rolandLe célèbre journaliste sportif, qui a commenté près de 1 300 matchs de football, est mort samedi à l’âge de 74 ans.

Thierry Roland est mort d’un accident vasculaire cérébral dans la nuit de vendredi à samedi. En grand professionnel, mais aussi en passionné qu’il était, il a attendu le coup de sifflet final du match Ukraine-France pour se retirer. Une victoire des Bleus avant de rendre son dernier soupir : on imagine qu’il est parti serein.

Avec, peut-être, un pincement au coeur : à l’occasion de l’Euro 2012, M6 devait reconstituer le légendaire tandem qu’il a formé 700 matchs durant avec Jean-Michel Larqué. Mais après avoir subi une opération chirurgicale, il ne s’en sentait pas la force. Les larmes de Jean-Michel Larqué ont fait le tour des télévisions ce week-end. Comme lui, la France du football est en deuil.

Depuis cinquante ans, Thierry Roland en était la voix quasi officielle à la télévision. En presque soixante ans de carrière, il a commenté plus de 1 300 matchs, à l’ORTF, sur Antenne 2, M6, mais surtout sur TF1, où il a animé la mythique émission Téléfoot. À son actif, treize Coupes du monde et neuf championnats d’Europe des nations.

Dans l’imaginaire collectif, les trois buts des Bleus en finale de la Coupe du monde de 1998 sont ­indissociables de la manière dont il a prononcé à chaque fois le mot « but ». Mais les Bleus de Suède en 1958, c’était déjà lui. L’épopée des Verts en 1976, encore lui. Séville 1982, toujours lui. En 1985, au stade du Heysel et en 1992, à Furiani, sa voix se fit blanche. Des gens mouraient dans un stade.

Samedi, le sélectionneur de l’équipe de France, Laurent Blanc, a observé une minute de silence en hommage au journaliste disparu. Longtemps, Thierry Roland fut à la fois le premier supporteur des Bleus et le douzième homme de la sélection. Quand les intérêts nationaux étaient menacés sur la pelouse, le commentateur en oubliait parfois l’esprit de Coubertin.

En 1976, lors d’un match Bulgarie-France à Sofia, il s’en prit à l’arbitre écossais au nom prédestiné qui venait d’accorder un penalty aux Bulgares : « Monsieur Foote, vous êtes un salaud ! » Heureusement, le penalty fut manqué. Les outrances de Thierry Roland, comme on dit aujourd’hui, ont forgé sa réputation. Pour le meilleur et pour le pire. Le meilleur, ce sont des expressions truculentes passées dans le langage courant, dignes de Michel Audiard. Le pire, ce sont quelques remarques à la Dupont Lajoie qui lui valurent d’être mordu au mollet par des associations antiracistes.

En 1986, lors du fameux quart de finale du Mondial, Angleterre-Argentine, au cours duquel Diego Maradona marqua un but de la main, il demanda à Jean-Michel Larqué : « Honnêtement, Jean-Michel, ne croyez-vous pas qu’il y a autre chose qu’un arbitre tunisien pour arbitrer un match de cette importance ? » En 2002, lors de Corée du Sud-France, il portait ce jugement d’une grande finesse sur les joueurs coréens : « Il n’y a rien qui ressemble plus à un Coréen qu’un autre Coréen, surtout habillés en footballeurs, d’autant qu’ils mesurent tous 1,70 m, qu’ils sont tous bruns, à part le gardien. » De là à faire de cet enfant né d’un père français et d’une mère russe un dangereux fasciste…

Bien qu’élevé dans un collège anglais, Thierry Roland assumait son côté franchouillard. On ne l’imaginait pas passer ses vacances en compagnie de Cécile Duflot ou de Christine Taubira. Les Grosses Têtes de Philippe Bouvard l’admirent dans leur compagnie. On découvrit alors son rire si particulier, qui devint un objet de moquerie. Il prenait les railleries avec le sourire. Cet homme avait la politesse d’être gai. Il aimait les cigares, les courses de chevaux et le beau jeu. Pour tout cela, il a mérité de reposer en paix. Ici le paradis, à vous Cognacq-Jay.

Source : le figaro

Nombre de vues: 539

Dans le même genre: